Ibrahim Maalouf, deux albums et une trompette en liberté !

Publié le par Louise D.

Ibrahim Maalouf, deux albums et une trompette en liberté !

Bien décidé à marquer la rentrée du son de sa trompette quart de ton, Ibrahim Maalouf se lance dans deux projets très réussis et très différents, deux albums, l'un étonnamment pop et l'autre plus world, qui sortent le 25 septembre.

Pour « Red & Black Light » on se pose dans l’histoire moderne, on pose un regard sur la femme, sur son rôle dans une société en bouleversement constant… Cet opus danse sur des rythmes électros qui allient les sonorités de cette pop moderne sur des compositions signées Ibrahim Maalouf qui s’offre au passage une reprise d’un titre de Beyoncé.

Mais le regard moderne ne semble pas suffire à l’artiste qui nous propose également « Kalthoum » qui s’attarde sur les femmes qui ont bouleversé le cours de l’histoire. Le titre de cet opus semble en être l’emblème parfait, celui d’Oum Kalthoum, véritable monument de l’histoire du peuple arabe.

Un double jeu, un double regard pour l’artiste qui a reçut une Victoire de la Musique pour son album « Illusions », une opportunité pour le grand public de découvrir un génie de la musique qui a déjà collaboré aux côtés de Sting, Vincent Delerm, Matthieu Chédid pour ne citer qu’eux…

Une petite vidéo permet de découvrir l'enregistrement de Red & Black Light !

Concernant l’opus Ibrahim Maalouf nous explique qu’il est « Axé sur une esthétique plus actuelle, plus électro, voire pop, cet album est constitué de mes compositions ainsi que d’une reprise de la diva d’aujourd’hui Beyonce. Bien qu’étant particulièrement complexes dans leur écriture (avec des polyrythmies en 19, 17 ou 27 temps par exemple), nous avons arrangé ces musiques (avec les 3 musiciens qui m’entourent), de manière à ce que jamais le poids de l’écriture ne se fasse entendre. Nous avons donc contourné le piège de l’élitisme et de l’écriture scientifique pour élaborer un album transparent et limpide, sur lequel le public peut même danser ou chanter, mais qui regorge néanmoins d’une multitude de superpositions insoupçonnées de thèmes, d’harmonies et de rythmes, que seule une lecture mathématique de l’album pourrait trahir ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article